Forum de guilde
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les rêves de Turel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Turel
Super Sayanoob
Super Sayanoob
avatar

Nombre de messages : 2662
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Les rêves de Turel   Dim 29 Mar à 22:03

Quelques postes récapitulatifs. (Fuck, ce forum prend encore moins de caractères que Lycans. Sad)

Citation :
Petite note sur celui de cette nuit : c'était une comédie musicale en anglais. (Ça commence bien non?) Je vais donc mettre les chansons que j'me rappelle en quote, et les parties de ces chansons "parlé" en gras.
Donc le rêve se déroule dans un univers à la technologie moderne mais avec un look architecturale et une mode vestimentaire début renaissance.
Je ne me rappelle plus trop le début de mon rêve, mais je sais qu'un Prince (avec un grand P parce qu'il n'avait pas de nom...) était fou amoureux de sa Maitresse (même chose), mais un jour il l'a surpris à embrasser sa maitresse à elle.
Le Prince devient donc fou et commence à décapiter tout les habitants du chateau (à coup de rapier, tout à fait réaliste), le tout en chanson. À noter qu'aucune des victimes ne meurs, elles se contentent de rester sur place, leur tete chantant par moment, passant des commentaires à d'autres, bref...

Le Prince va donc s'enfermer dans un grade-robe pour s'assoir dans un coin en se balaçant d'avant en arrière avec un tic à l'oeuil et en parlant à lui même, quand le Général (un mec énorme habillé d'une demi toge romaine et d'une jupe de guerre Grec, le look de Kakanas dans Lost Odyssey pour ceux qui ont joué) entre pour le confronter.


Chanson a écrit:
General : Sir! How could you! How dare you! And, might I had, you look dashing in these clothes. Now draaaaaaaaaaaaaaaw! But let us make this a clean fight, shall we?

Le Prince le frappe donc aux couilles avant de l'achever, puis se dirige vers la chambre de sa Maitresse pour la tuer ainsi que sa maitresse à elle. Il tue donc la maitresse de sa Maitresse, mais comme il arrive pour tuer sa Maitresse, son Meilleur Ami s'interpose et parre le coup. Puis, il la prend par la main et les deux se sauvent vers la sortie du chateau (qui, à ce moment, est devenu la maison d'une de mes tantes...) arrivé en haut de l'escalier, Sylvester Stallone, dans son rôle de Rocky, leur dit de se sauver pendant qu'il retient le Prince.

Les deux sortent donc par la porte avant et courent dans la rue. (Je tient à mentionner qu'un mec en collant et une femme en robe de balle qui courent dans un millieu semi urbain, avec un autobus qui passe plus loin, ça fait assez spécial.) Ils rejoignent un parc (3 blocs plus loin) et s'y cachent pour la nuit. Pendant ce temps, le Prince essuis sa rapier sur le corp de Stallone.


Chanson en deux groupes a écrit:
Meilleur Ami & Maitresse : Why can't someone tell us what happenned to our Priiiiiiiiiiiiince? Why can't someone tell us how we can help him out of thiiiiiiiiiiiiis?
Prince : Those backstabbing whores! I shall have their heaaaaaaaaaaaaads! But then again, their death would be more then enough. I shall unleash my werewolves uppon them! Find theeeeeeeemmmmmmmm!
Duo : Why can't someone - Wait, did you hear this?

Ils voient donc un des loup-garous du Prince. Le Meilleur Ami dit à la Maitresse de grader le silence, mais que dans le pire des cas, son épée est en argent. Le loup-garous se tourne alors vers eux et les charges. Mais une dague d'argent surgit alors et le tue.


chanson a écrit:
Prince : Well done, my pet! Well done!
Meilleur Ami : Prince! Stop this!
Prince : Never! You shall be dead by sunrise! Now draaaaaaaaaaaaaaaw!


Et j'me suis réveillé sans voir la fin... Sad


Citation :
J'étais donc dans un bus à moitié rempli d'eau avec des potes fictif (la blague a déjà été faite, le relevez pas), et les banquettes étaient remplacé par des Legos. La moitié de ces Legos étaient à moi, l'autre à un de mes pote, et nos Legos se détestaient mutuellement et se faisaient la guerre. Mais comme c'étaient des Legos technologiques, leur vaisseaux volaient et tiraient vraiment. (Les armes aussi d'ailleur.)
Nous étions donc tout les deux un peu les pseudos dieux qui surveillaient ce monde (bus), je symbolisait le dieu du mal et de la destruction, lui le dieu du bien et de la création. Ainsi donc, je pouvais détruire les Legos et lui les refaire ou leur donner vie. Par exemple, à un moment, je choppe un vaisseau ennemi, j'le fend en deux, lui prend les deux morceaux et ça devient deux vaisseaux. (Cheat!)

J'avais donc rallier un autre de mes potes de mon côté, et lui balançait des boules électriques pour aider mes troupes à combattres. De son côté, mon pote ennemi avait rallié une amie de son côté pour qu'elle encourage ses troupes. (Rôle difficile : elle sur une des dernières banquettes dans l'fond du bus et leur criait des encouragements.) À un moment, elle me fait chier, alors j'lui balance de l'eau. Pour la venger, mon pote "dieu du bien" crée un méga personnage Lego et l'envoit sur mon pote qui balance des éclair. Celui-ci se fait terrasser.

C'est alors que j'entre dans la bataille (et que je choppe le vaisseau mentionné plus haut), j'éclate littéralement le Lego géant, et mon pote et moi se metons à nous insulter en nous affrontant. Il m'envoit des Lego, j'les détruit, il les recré, etc. J'réalise alors que j'dois décapiter les personnages ennemis pour les eliminer, ce que je fais. Et pour faire bonne mesure, je choppe mon amie qui encourageait mes ennemis et j'la balance à l'eau.

J'vous laisse donc imaginer la scène apocalyptique de deux géants se battant parmis des platformes petrolières miniature en Legos, les flammes qui dévore ces même platformes et jettent leur reflet sur l'eau de plus en plus agité, le tout dans un bus scolaire.

Et j'me suis réveillé quelque part à ce moment.


Citation :
J'ai rêvé que j'étais sur la lune (qui était totalement lisse et doté d'un atmosphère) avec deux amis, et on combattait le Violator (celui de Spawn). Pour ce faire, nous avions deux lampe-torche, qu'on braquait sur lui, ce qui le paralysait quelques secondes. Étant le seul de nous trois à avoir des chaussures, je devais alors lui balancer des coups de pieds à la gueule.

Citation :
J'ai rêvé que ma mère avait besoin d'une transplantation cardiaque, mais qu'on avait pas les sous, alors elle a décidé de voler de l'argent pour la payer. (Olol film américain.) Cependant, ne voulant pas voler aux honnêtes gens, elle décide plutôt de voler à un criminel. Le criminel en question ayant comme couverture une honnête boutique de ferraille, nous y allons, mon frère, ma mère mon beau père et moi même.
Une fois sur place, ma mère sort des tallants de free runner que je ne lui connaissais pas pour infiltrer le bunker du criminel pendant que mon frère et moi montont la garde et que mon beau père fait semblant de vouloir acheter des trucs. Tout se passe bien, jusqu'à ce qu'une explosion éventre le bunker de l'intérieur. Les gardes accourt alors à l'intérieur avec différentes armes et choppe ma mère, puis nous arrête aussi. Le patron arrive alors, un mec en costume de cowboy blanc, une grosse moustache et des lunnettes fumées. Deux des trois gardes fouttent leur armes je sais pas où pendant que le troisième nous braque avec une arme automatique, et le patron arrive avec deux bombes faites à partir de ferraille, nous menaçant de nous faire sauter.

Mon beau-père reviens donc à ce moment comme si rien n'était, un arc à la main et en demandant ce qu'il se passe. Le dernier garde armé, plutôt que de le désarmé, se met à le complimenter sur son arc, et mon beau père lui montre un peu son fonctionnement en lui tirant une flêche au ventre à bout portant. Il se jette ensuite sur un des autres gardes. Le troisième garde tente de lui sauter dans le dos, alors j'attrape une perceuse qui trainait par là et je lui fait un trou à l'arrière du genou. Le patron se jette alors sur moi en gueulant comme un malade, et je me met à l'attaquer avec la dites perceuse. Ce crétin, plutôt que d'arrêter, continue de m'attaquer, et fini par succomber au nombre de trou dans son corp. Le dernier garde, celui percé à l'arrière du genou, préfère abandonner.

On se met donc à le questionner, et on apprend que c'est lui qui fait les bombes, et qu'il en est très fier. Mon beau père lui demande donc de nous donner l'argent, mais comme il refuse, il se met à démolire ses bombes à coup de marteau () pour le faire parler. Finalement, le mec fini par ceder et nous donne l'argent, et tout est bien qui fini bien.


Citation :
J'ai rêvé que, pour une raison qui m'échappe, je faisais une collection de poudre minéral. Ma famille et mi allons donc en camping, et je prend avec moi ma collection. (À noter que la collection en question n'est pas dans un pot mais à l'air libre sur de petits cartons identifiant, et que je la traîne PARTOUT où je vais dans ce rêve.) Durant ce séjour au camping, nous prenons un vieux bateau de bois (attraction touristique) et descendons une rivière avec d'autres campeurs. Je rencontre un vieux bonhomme sur le bateau, nous parlons un peu, puis nous prenons un pari. J'ai oublier les termes de ce pari, mais j'y perd ma collection de poudre. Je décide donc de faire un quitte ou double avec lui en pariant le canif de mon grand-père, et je l'emporte.
Le bateau se fait alors aborder par des pirates de rivière () vêtu d'armures médiévales, et le capitaine balance ma collection à l'eau. Les passager se mette alors à se battre avec les pirates. Évidemment, je me retrouve contre le seul pirate qui mesure 7 pied de haut et qui pèse quelques 500 livres. Il me met KO d'un coup de point et... Prise deux, actions! On reviens au moment où les pirates abordent le bateau. Cette fois, je lance un défi au capitaine. Nous reculons donc vers une zone où il n'y a pas de combat, nous nous préparons à nous affronter, quand le même gros connard de pirate me passe les bars autour de la tête pour m'immobiliser pendant que son capitaine me tabasse.

Mais avant que celui-ci ai une chance de le faire, j'attrape un plateau à biscuit en plomb () et le frappe à l'aveuglette. Évidemment, quelques coups de plaque de plomb suffisent à le mettre KO. Je balance alors des coups sur la gueule du gros qui me tient, ce qui le met KO aussi. Et alors... Ça recommence, tout le monde se met à chanter en se battant (hé ouais... ). J'me rappelle plus des paroles cette fois, mais j'sais que c'était en français. Bref... J'me met alors à taper des pirates qui arrivent vers moi un par un et bien rythmés. Un coup de plaque, balance dans la rivière, un coup de plaque, balance dans la rivière.

Bien sûr, mes rêves ne peuvent jamais conservés un minimum de dignité! Il se met à arriver plein de différents personnages de film et autres à la place des pirates, qui reçoivent le même traitement que ces foutus pirates. Le dernier dont je me souvienne est Père Blaise (Kaamelott), qui se met à me sermonner sur ce que veux le roi (). Coup de plaque, il continue. Coup de plaque, il continue. Troisième coup de plaque, ça l'étourdie un peu et j'le pousse à la rivière. Mais le bougre s'accroche au bateau et continue de me sermonner! Il lui aura fallut encore trois coups de plaque à biscuit pour le faire lâcher prises. C'est alors que tout le monde présent entame une longue note de fin de chanson, et j'me réveil. (avec l'air dans la tête. x))




Citation :
Petite note sur le rêve de cette nuit : je vais référer aux créatures ennemis en tant que zombie parce que c'est moins long à dire que mort-vivant non-défini. À mon sens, un zombie est une bestiole lente et stupide, alors que les créatures de mon rêve étaient plutôt rapide et pouvaient parler. Bref...

Le rêve se déroule à bord d'un vaisseau spatial, dans une pièce circulaire. Une passerelle rambardé assez large fait le tour de cette pièce, qui se creuse en forme de bol au centre. Au dessus de ce bol se trouve une plate-forme flottante qui peut être déplacé de 3 façon : en utilisant les boutons d'appel situé aux 4 points cardinaux du bol, grâce à la manette de pilotage sur la plate-forme et en appliquant une force sur la plate-forme, ce qui la fera se déplacer jusqu'au bord du bol à une vitesse plus ou moins importante.

Je suis donc dans cette pièce avec quelques soldats plus ou moins armés et armuré, alors que les zombies bouffe les passager du vaisseau un peu plus loin. Évidemment, par classique, les morts se joignent aux mort-vivants pour le festin quelques minutes après leur mort. (Étrangement, pas un seul n'est défiguré ou ne semble porter la moindre blessure. /mmh) Nous devons donc maîtriser la situation, alors nous fonçons à la rencontre de l'ennemi. Je me jette sur la plate-forme centrale, ce qui la projette vers le côté opposé du bol, où une zombie me rejoins. Je lui donne donc un violent coup d'annuaire téléphonique en pleine gueule. (Pourquoi j'me tape toujours les objets ménager contondants pseudo-intimidant? >.>)

-Tu m'as déjà tué, me dit-elle.
-Hé bien comme ça, ça sera la deuxième, que j'lui répond en lui balançant un deuxième coup d'annuaire, ce qui la fait tomber au fond du bol, remorte.

Le combat se poursuit donc, clairement à l'avantage des zombies de par leur nombre. Au cour du combat, alors que je me trouve désavantagé (ils sont trois face à moi /sob), je montre la technique super secrète de mon annuaire : je sépare la couverture cartonnée, et je peux donc frapper avec la couverture dans une main et les pages dans l'autre... (/sigh) Je décide de retourner sur la plate-forme, mais un zombie la contrôle désormais et a arraché tout les bouton d'appel. J'attends donc qu'il l'approche à ma portée, et j'y saute à nouveau, m'y accrochant de justesse. La plate-forme est donc projeté vers le bord du bol assez violemment, ce qui nous projette tout les deux sur la passerelle. Heureusement pour moi, je me retrouve avec deux autres soldats qui abattent le zombie.

Détail pas très important : un des soldats a été quasiment tué dans un combat contre ces zombies, et il est maintenant cybernétisé. (Plaque de fer sur la figure, un oeuil remplacé par une mitraillette rotative dont il fait bon usage et un bras mécanique.)

Une autre zombie, s'étant emparé de la plate-forme, fonce vers nous sur celle-ci. Cette zombie ayant été, quelques minutes plus tôt seulement, une des soldats, nous sommes tout les trois attristé de la voir contre nous. Le soldat cybernétisé tente de la repousser de sa main non robotisé, qu'elle choppe au passage pour lui bouffer les doigts.

-Tes doigts sont bons! Tu as bon goût! lui dit-elle en continuant de bouffer.

Lui, ne semblant pas sentir la douleur, se contente de l'abattre pendant que l'autre soldat récupère son dog tag.


Et j'me suis réveillé quelque part par là. Bref, faisait longtemps que j'avais pas fais un bon rêve de dingue. /heh


Citation :
J'ai rêvé qu'une fille de mon boulot voulait se créer une guilde pour conquérire je sais plus quoi. (Le terme guilde a été employé, pas armé. /shy) Pour ce faire, elle faisait passer un test à tout les employés : nous devions organizer les caisses dans le frigo (gros frigo d'épicerie à grande surface) pour réussir à en sortir. Comme tout les bons jeux du genre, on ne pouvait evidement pas enjamber les caisses, même si elles faisaient 30 cm de haut. /ok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Turel
Super Sayanoob
Super Sayanoob
avatar

Nombre de messages : 2662
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Les rêves de Turel   Dim 29 Mar à 22:05

Citation :
Le rêve commence dans un couloir. En face de moi, un mec quelconque avec un arc me menace. Derrière moi, le chanteur de Disturbed me menace avec un revolver. Puis, les murs du couloir tombent, des gerbes d'étincelles sont lancés autour de nous et nous sommes dans une arène pour un FFA à mort. Le dernier debout gagne. Pour ajouter un peu de piquant, des mecs armés entrent dans l'arène et tentent de nous tuer.

Dès le début donc, un malade à tronsonneuse et un sac sur la tête me fonce dessus. En bon joueur de RE4, j'équipe mon sniper et je l'abat à distance. Puis, je fonce sur lui et m'empare de son arme. Là, le massacre peut commencer. Entre nous trois qui repoussons les connards tout en tentant de se foutre un coup, le sang gicle de partout. Après un temps, je rejoin le chanteur de Disturbed, et lui balance un coup de mon arme one-shoteuse. M'attendant à le décapiter, j'me retrouve surpris quand j'vois que monsieur cheat et se change en lich ou j'sais pas quoi, et que son corp est donc plus ou moins invulnérable. Mon coup se contente de lui arracher d'la peau, mais il crève pas le bougre!

J'fonce donc vers le mec à l'arc pour tenter le même coup, et j'me suis réveillé à c'moment.

Citation :
J'suis avec 1 ami et deux amies (qui n'existent pas, comme toujours) dans la maison de ma grand-mère. Nous apercevons alors un seau d'eau brune sur le comptoire. Moi et l'autre mec décidons de le vider dans l'évier. Mais pendant que nous le vidons, j'ai comme un flash ou un instinct quelconque qui me pousse à foutre ma main dans le seau. Je sais alors quelque chose, que je commence à tirer hors de là, et je me rend compte que c'est une jambe toute sale. Deuxième coup d'instinct, je dis à mon ami de lacher le seau pile au moment où deux mains sortent de l'eau pour tenter de nous attraper. L'eau se répend donc sur le sol, et un espèce de goblin des eaux avec une gueule de torve (cf D&D) nous regarde en sortant de la flaque.

Nous nous mettons donc à courrir, mon ami passe par la salle de bain, pour s'apercevoir que l'eau des toilettes est brune aussi. Nous sortons donc de la maison pour nous retrouver dans une foret, entouré d'eau toujours aussi brune et en entendant le ricanement de plein de ces créatures. Et j'me suis réveillé à ce moment.

Citation :
J'suis à l'animalerie, et je vois qu'ils ont mis au point un truc pour attirer les clients : combats d'animaux. /omg Je vois donc, dans un petit aquarium, un caméléon mourrant, une grosse tarentule brunatre et une plus petite vert fluo. (Heureusement que ça existe pas. /shy) J'vois donc la petite tarentule qui se sauve de la grosse, mais qui se fait éventuellement chopper. La grosse se met alors à la démembrer pour s'amuser...

Et j'me réveil.

Citation :
Dans un univers où les méchants affrontent les gentils, et où les neutres sont neutres, une fille est choisi pour ramener la paix et réunir tout ce peuple. Et cette fille a un garde du corp pour la protéger : moi. (Pourquoi j'ai toujours les rôles pourri et clichés? /desp) Bref, tout ça pour dire que les gentils veulent la dégommer parce qu'ils veulent détruire le mal, les méchants veulent la dégommer parce qu'ils veulent conquérir le monde, et les neutres veulent la dégommer dans un pure élant de neutralité.

Garde du corp professionnel doncc. Ou pas. Armé d'une épée, je me devais de butter tout ce qui voulait lui nuire. Ce qui, plus souvent qu'autre chose voulait dire affronter une dizaine de gentils, de méchants ou de neutres (parfois les trois) en même temps. Dans un élan d'héroisme, j'ai donc passé toute la duré de mon rêve à m'enfuir avec elle devant nos ennemis. Et j'me suis réveillé quand nous étions dans un cul de sac avec une bande de neutre face à nous.

Citation :
Rêve de Code Geass! J'ai rêvé que Schneizel avait battu Lelouch, et qu'il le gardait prisonnier dans son palai. Il pouvait se promener à sa guise, mais il devait participer au nouveau divertissement du peuple. En gros, il était foutu dans une arène, Karen dans son Guren devait le chopper et l'immobiliser, et Suzaku, dans un Knightmare en forme de tigre, devait empecher Karen de le chopper. La plupart du temps, Suzaku triomphait.

Mais un jour, Lelouch tente de tuer Schneizel en plaçant des mines dans l'escalier devant lui. Celui-ci marche simplement en zig zag pour les éviter, mais agacé par cette tentative de meurtre, il décide de se venger. Le match d'arène suivant se déroulera comme d'habitude, mais cette fois Karen a pour ordre de le tuer si elle le choppe. Une fois encore cependant, Suzaku réussi à la stopper, et arrive même à mettre le Guren en pièce avec son tigre de merde.

Et j'me suis réveillé alors que Lelouch caressait le Knightmare de Suzaku comme si c'était un chat, et que Karen hurlait de rage en pleurant suite à son échec.



Ça c'est les rêves des derniers jours. Et j'ai quelques vieux rêves que je tient aussi à poster, juste pour le fun!

J'me rappelle plus des masses de celui-ci hélas. Le post original était plus long. Mais c'est toujours ça.
Citation :
J'suis en vacance chez ma tante, et la grange est habité par une famille de pantins vampirique qui veulent détruire les humains. Mais le fils vampire veut fraterniser avec eux plutôt. De fait donc, nous devenons amis. Il cherche donc à convaincre sa famille d'épargner les humains, mais ceux-ci refusent.
Ils me capturent éventuellement, et je me retrouve ligoté au deuxième étage de la grange. Ils donnent alors des sciseaux à leur fils et lui ordonnent de me tuer. Celui-ci fait mine d'obéir, mais coupe plutôt ma corde. Je saisi alors un des pantins et lui arrache la tête, ce qui fait gicler du sang partout en malade (style anime). J'trappe ensuite les sciseaux et je tue les deux autres (autre giclé d'hémoglobine). Le fils s'enrage alors et me saute dessus pour tenter de me tuer. Je le choppe et le balance en bas de la grange, où il se fracassent la tête dans une autre gerbe de sang.

Celui là, c'est mon préféré.
Citation :
Mise en situation du deuxième : ma mère viens d'un petit village appellé Sainte-Françoise, composé de deux rangs et comportant peut-être 500 habitants. C'est un coin perdu et francophone, où la plupart ne parlent même pas anglais. Dans mon rêve, cependant, l'endroit est maintenant peuplé d'ontariens et est devenu anglophone.

Nous campons donc chez mon oncle à Sainte-Françoise, et je décide d'aller me promener en forêt. À un moment, j'arrive à une clairière en creux, où je vois des hommes nourrir des bestioles étranges. Cest créatures sont longues, doté de 4 pattes, se tiennent debout ou à 4 pattes, sont d'une couleur brune et suinte une sorte de morve mauvâtre. Je tente de reculer, mais je glisse bêtement dans la clairière.

Avance rapide : je sais maintenant que ces créatures sont des parasites amenés par les ontariens et qui tentent maintenant de conquérir le Québec, en commençant par Sainte-Françoise. On m'amène donc devant la reine, une jeune fille parasité. Après un peu de discussions, elle me dit, tout gentillement, que je suis tombé sur eux par accidents, et que je ne mérite pas d'être puni pour ça. Elle dit donc à ses hommes de me reconduire hors de la foret. Chemin faisant, je tombe à nouveau dans une clairière en creux et me retrouve étendu au millieu d'ossements de ces créatures. Mon escorte s'énerve alors. Apparament, il s'agit d'un cimetière sacré et je viens juste de le profaner. On me ramène donc à la cabane où se trouve la reine, et cette fois, pas de chance possible, je dois être conservé et devenir l'un des leur.

Elle ordonne donc à deux de ses hommes de me descendre à la cave et de me mettre en prison. L'un d'eux se trouve à être un de mes cousins paternel (qui n'a donc rien à faire ici, puisqu'il n'habite pas dans ce coin). Ils m'amènent donc à la cave, et je vois leur prison. Il s'agit tout simplement de cages à moutons, et ils forcent la tête de leur prisonniers entre deux barreau pour les maintenir. Mon cher cousin, dans un élant de gentillesse, me choisit même une jolie cage avec u mouton crevé en décomposition à l'intérieur. Ne voulant pas finir la tête là, soudaine poussé d'adrenaline, j'attrape mon cousin par le pantalon et les cheveux, et je me met à lui frapper la tête contre les barreaux en criant "T'aime ça hein? T'aime ça?" L'autre qui m'a descendu s'approche vers nous pour m'arreter, alors je lui flanque un coup avec la tête de mon cousin en plein ventre, ce qui le met KO.

Je remonte ensuite l'escalier, en tenant mon cousin toujours de la même façon. Deux hommes descendent pour m'arreter à nouveau. Toujours sous ma poussé d'adrenaline, j'expedi la tête de mon cousin dans le ventre du premier, et me sert du mouvement pour revenir et balancer ses pieds dans la gueule du second. Je recommence mon ascension, en n'oubliant pas de frapper mon cousin contre les murs quelques fois. Une fois en haut, trois autres hommes se jettent sur moi. Je leur lance mon cousin en pleine gueule, ce qui les assomes tous, et je prend le baton clouté qu'un d'eux utilisais. Deux autres viennent vers moi, alors je frappe le premier au visage, et l'autre dans le dos. Un de plus entre dans la cabane, et je l'assome. Encore un, cette fis habillé en tuxedo. Je lui donne un premier coup dans le ventre, et un deuxième derrière la tête, pour faire bonne mesure. Cependant, ces coups n'ont aucun effets sur lui. Il se contente de me sourir et me frappe, ce qui me met KO à mon tour.

Je me réveil dans une voiture de luxe, accroché par une corde derrière une autre voiture identique, les deux roulants à grande vitesse. Un écran s'allume alors sur le dashboard, et le visage de l'homme m'apparait. Apparament, il conduit la deuxième voiture. Il m'apprend d'abord qu'il est le vrai maitre de ces parasites, leur roi, et que j'aurais fais une bonne recru, mais qu'il devra malheureusement m'éliminer. Il m'apprend ensuite que le moteur et les freins de la voiture où je suis sont coupés. Il se met alors à faire des slalomes pour renverser ma voiture, la faire prendre le champ ou frapper un obstacle (bref, me faire avoir un accident mortel), et je dois me servir du volant pour tenter de rester en vie et sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Turel
Super Sayanoob
Super Sayanoob
avatar

Nombre de messages : 2662
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Les rêves de Turel   Dim 29 Mar à 22:05

Citation :
Le rêve se passe à Sainte-Françoise (dont j'ai déjà parlé il y a longtemps dans un autre rêve). Nous avions déménagé là, pour une raison que j'ignore, et un énorme Cégep était mystérieusement apparu pas très loin. J'y étais donc inscrit, vie de campagne, cours, etc. Un jour, trois mec s'attaque à un pauvre p'tit geek (classique), alors j'interviens et j'leur dit de le laisser tranquille. Leur chef décide donc qu'il va me péter la gueule, mais s'attend pas à ce que je sache me défendre et se retrouve la gueule dans une case, sonné un coup. Les deux autres, en bon cliché Hollywoodien, m'attaque un après l'autre, donc encore une fois, se font ramasser. (Faut bien que ça serve un jour les cours d'arts martiaux, même si c'est juste dans un rêve. /heh) Ils se cassent donc.
Plus tard, j'vais au toilette. J'sais pas pourquoi, mais ça a le luxe d'un bain divin Grec comme on en voit dans les univers de fantaisies. (Ouais, ouais, y'a même les filles.) Comme par hasard, y'a un des mecs qui tabassaient l'autre plus tôt. J'me met donc à l'insulter et j'lui pisse dessus. (Faut pas chercher...) Plutôt que de se défendre, le mec s'en quitte l'endroit sans dire un mot.
Encore plus tard, les trois me retombent dessus et veulent me casser la gueule. Sauf que leur chef a décidé qu'il le ferait tout seul. Il sort alors un revolver, mais avant de pouvoir le braquer sur moi, j'le désarme et le braque sur lui. (J'aimerais que les "méchant" de mes rêves soient moins cons parfois.) Ses deux acolytes se barrent donc en courant, et lui, ne se sentant pas très gros, commence à reculer. J'en fais de même. Puis, je défais son arme en morceau (j'sais faire ça moi?), j'en donne deux au geek du début pour qu'il en fasse ce qu'il veut et j'cache les deux autres.
J'rentre chez moi, où notre femme de ménage, une fille couverte de piercing, me demande qui je suis, alors qu'elle travail apparemment pour nous depuis des années. (C'que j'me gène pas pour lui faire remarquer.) J'décide ensuite d'aller me promener en forêt.
Après avoir parcouru une certaine distance, j'me retourne, et j'vois encore le boss des trois cons qui m'a suivi avec un de ses acolytes. Pour une raison que j'ignore, j'ai un stylo dans mes poches, alors j'en enlève le bouchon, et j'le garde caché le long de mon bras. Les deux se jettent sur moi, et directe j'poignarde l'acolyte dans la jambe avec mon stylo. Bien courageux et tout, le mec se casse, laissant donc son chef et moi pour nous affronter. (À savoir que l'autre est quand même vachement plus gros que moi.) On commence donc à se battre, mais j'ai beau le poignarder à plusieurs reprises un peu partout, il lâche pas l'affaire. On se retrouve donc tout les deux en sang et on continue de se battre. À un moment, il me choppe par le cou et commence à m'étouffer. J'réussi à le poignarder deux fois de plus, mais il me lâche pas, et j'commence à perdre connaissance. C'est alors qu'il me lâche et dit : "Ouais... On dirait bien que j'ai perdu." Puis il part.
J'reprend mon souffle tant bien que mal, puis j'rentre chez moi. Une fois là, j'ouvre la porte et j'm'écroule au sol. La femme de ménage passe à côté de moi, me laisse là et me reproche d'être dans le chemin. Heureusement, ma soeur fini par me trouver là.
Avance rapide, c'est maintenant l'hiver, et moi et le mec sommes devenu super potes. Y'a aussi mon meilleur ami (le vrai pour une fois) en visite chez moi, et on doit aller porter des provision à mon beau-père, mon oncle et deux de leurs amis dans la forêt, car ils chassent sur les terres de mon oncle et veulent pas revenir chercher eux-mêmes la bouffe. À mi-chemin, j'me rend compte qu'on a oublié un truc, donc j'retourne chercher ça pendant que mes deux potes continu le chemin. Je prend donc un sac de curry (WTF?) et me prépare à les rejoindre, quand je vois un renard qui m'observe. Il fonce alors vers moi, et on se met à jouer ensemble. Après un moment, j'retourne vers mes potes avec le renard qui me suit. "Regardez les gars, j'me suis fais un nouvel ami."
On aperçoit alors la cabane des chasseurs. On décide donc tout les trois de faire la course jusque là. Third-person view, une bestiole étrange se met à courir derrière nous. Heureusement pour nous, mon oncle est dehors avec son arme. Je lui cris de tirer sur cette chose, et lui en bon chasseur, tire sur mon renard. /desp J'lui dis de pas tirer sur le renard, mais sur la saloperie qui nous suit. Saloperie d'ailleur qui est courbée, petite, grasse et qui a une bouche en fleur garnie de croc pointu. Il l'abat donc. Les trois autres chasseurs, alertés par les coups de feu, sortent alors et se mettent à tirer mon pauvre renard. J'leur dit d'arrêter, mais ils le font pas, et moi j'vois la barre de vie de mon renard qui descend.
Y'a alors une fillette de 2 mètres avec une tête énorme et des yeux de grenouilles qui sort de la forêt. Instinctivement, je sais qu'elle était avec l'autre bestiole. "Lâchez le renard et tirer sur la fille! Vous voyez bien qu'elle est pas humaine!" Mais ils s'acharnent sur mon renard, dont la barre de vie est maintenant dans le rouge. J'essaie de m'interposer entre les tirs et le renard, mais comme dans tout jeux, les balles m'ignore et frappe le renard. Et j'me réveil.



Citation :
J'ai rêvé que j'étais en pensionnat dans une école occulte où on étudiait aussi bien les math que la magie. L'école était isolé au centre d'un marrais peuplé de créature bizarre. Pour entrer dans cette école, il fallait avoir une aptitude occulte quelconque, et on vous contactait à ce moment. Dans mon cas, c'était un second esprit relier au mien qu'on appellait esprit voyant. C'était une sorte de spectre invisible se pouvant se déplacer dans un assez grand rayon autour de moi, d'observer tout ce qui se passait autour, et de me dire tout ce qu'il voyait. (S'il le voulait du moins.) C'était aussi un esprit bourré de connaissances, ce qui tait très utile. (Qui a dit tricher aux examens?)

Les élèves passaient la majorités de leurs soirées dehors devant l'école autour d'un feu de camp, à se raconter des histoires et tout. Un de ces soirs, j'sais plus pourquoi, y'a une bagarre général qui se déclenche près des clôtures de périmètre. (Des clôtures en bois blanc au millieu d'un marrais pour empêcher des élèves à super pouvoirs et des monstres de passer, super.) J'me retrouve face à un mec, qui tente de me frapper. J'me pousse de côté, et bam! il frappe la clôture. Il regarde sa main en souffrant, et j'en profite pour lui projetter la tête contre la clôture. Un peu sonné, il tente de me frapper à nouveau, et on répète l'opération. On refait ça encore 3 fois, et, p'tete à cause des dommages au cerveau, il me demande de me pousser, et se tape lui même la tête contre la clôture en riant. Il se tourne alors vers le mec qui se fait éclater à côté de nous, et fait mine de lui balancer un coup de tête. L'autre ferme les yeux et attend le choque, mais mon adversaire s'arrête et lui dit de tasser sa tête pour qu'il se frappe contre la clôture.

S'en suis alors une réaction en chaîne où tout le monde se met à se frapper la tête contre la clôture en même temps, ce qui la fait trembler à chaque choque. Du haut d'un immeuble, un peu plus loin (ouais, l'école est plus trop isolé du coup), quelques geeks sont sur le toit d'un bloque appartement et regarde la scène avec des jumelles.
-ZOMBIES! HAAAAAAAAA! hurlent-ils alors en coeur et se mettent à paniquer.

Arrive alors une nouvelle élève qui tombe sur cette scène.
-C'est une activité de groupe ça? J'peux me joindre à vous? demande-t-elle.
L'arrêtant avant qu'elle ne s'y joigne, je lui explique simplement que je suis en train de gagner la bagarre général, et de les laisser faire.

Au même moment, mon esprit voyant viens me dire qu'une amie à moi tente de se suicider avec du poison, et que pour la sauver, j'ai besoin de sang de troll et de bave de Sluagh, deux créatures qui peuplent le marrais. Je m'éloigne donc vers le marrais, la fille sur mes talons. Je lui explique la situation tout calmement. On tombe alors sur un Sluagh...

...et j'me réveille quand on sonne à la porte pour livrer le nouveau PC de mon frère. J'saurai jamais la fin. Sad


Citation :
J'ai rêvé qu'un gouvernement quelconque avait perdu contact avec une de ses colonies sur une autre planète, alors une escouade de marines (dont je faisais parti) avait été envoyé pour voir se qui se passait. Rendu là, on trouve qu'une planète déserte et rocailleuse. On installe donc notre campement (une roulotte hybride tirée par un tracteur ) et on entame les recherches en profondeur.

Bientôt, on découvre qu'on est sur un nid d'Aliens (comme le film) et ceux-ci nous attaquent. On se défend tant bien que mal, mais une 20e de mec contre un nid de monstre, on a pas beaucoup de chances, et notre nombre diminue après chaque vague. (La résistance de notre base y est peut-être pour quelque chose.)

Après une de ces vagues, il reste plus que 3 d'entre nous. Étant le plus gradé, j'organize notre défense comme je peux, et une autre vague nous tombe bientôt dessus. Un des mecs se fait tuer, et l'autre, le petit nouveau, se fait blesser au ventre. Ayant quelques minutes de répis entre deux vagues, je ferme un des côté de toile de notre "bunker" et je dis à l'autre de me couvrir de l'intérieur pendant que je me poste de l'autre côté de toile.

Viens alors l'autre vague. N'étant plus que deux, on a du mal à les contenir (malgré nos fusil lance-grenade) et ils meurent de plus en plus près de moi, m'aspergeant donc de leur sang acide. On réussi quand même à repousser cette vague, mais je em rend compte que j'ai subit trop de blessure, et que seul l'adrénaline me permet encore de tenir debout. Je prépare alors une bombe, et je dit au nouveau de détacher la roulotte du tracteur et de s'enfuir sur ce dernier. La base étant installer sur une pente et aligné directement avec le nid, celle-ci glissera donc dedans et je ferai exploser la bombe, en esperant tout éliminer.

Et j'me suis réveiller.


Pas un de mes plus tarés, mais les dialogues et l'action était quand même vachement sympa. Very Happy

Citation :
J'étais en chine pour voir un ami (fictif, comme toujours), et celui-ci me présente à la famille de sa copine qui décident de m'héberger à condition que j'accepte d'apprendre le mah-jong et le maniement du Sai auprès du père de sa copine. Je commence donc mon apprentissage, puis j'me réveil.

J'me rendort, le rêve continue! Je suis là depuis quelques semaines, je progresse tranquillement. (A.K.A. j'me fait défoncer au mah-jong et au Sai par la copine de mon pote.) Un jour, des mecs viennent tirer à l'automatique sur le dojo. Mon maître leur pète la gueule et la vie continue comme si de rien était.
On voit une petite scène sous forme de narrateur dieu où mon pote fouille dans les jeux de mah-jong de mon maître, et j'me réveil.

J'me rendort pour la 3e partie de mon rêve. Le dojo est maintenant ma maison. La copine de mon pote et moi écoutons la télé sur mon divan (rose) au sous-sol pendant que mon pote est couché sur un futon au sol, fiévreux. Mon maître arrive et lui lance un couteau dans la cuisse en l'accusant d'avoir pris son jeu de mah-jong préféré. Je lui dis que c'est impossible, puisqu'il est couché ici depuis trois jours. Il reprend son couteau en disant qu'il a dû se tromper. Je lui demande d'envoyer un médecin, et il dit qu'il le fera peut-être.
Petite avance rapide, je me fait encore massacrer au mah-jong par la copine, quand arrive une demande de rançon pour le jeu de mah-jong. Et j'me réveil pour de bon à ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Turel
Super Sayanoob
Super Sayanoob
avatar

Nombre de messages : 2662
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Les rêves de Turel   Dim 29 Mar à 22:14

Bon, récapitulatif terminé, celui de cette nuit maintenant.

Citation :
J'étais en cour, mais le cour en question était donné dans une des chambres à couché chez une de mes tantes par ma prof de français de secondaire 3 (y'a 4-5 ans donc), et tout les élèves étaient en pijamas (ou équivalent de).

À un moment, un marchant de café ambulant passe dans le couloir pour offrir du café aux gens. Ne buvant pas de café, j'me retrouve à attendre dans la chambre à jouer avec un pot de café vide pendant que le reste s'en achète.

Avance rapide (ou rêve différent, je suis pas sûr honnêtement), je suis maintenant dans un disco-bar avec des gens de ma classe. On a du fun, mais j'me rappelle plus ou moins de la scène.

Encore une avance rapide (ou rêve différent, ce fût une nuit étrange), on a maintenant le point de vue d'un ours en peluche. En arrière plan, on peut entendre un couple baiser tout en suivant les pensée de l'ours.
-And here I am again. I wonder how many teddy bears must go through this. If she was not that sick...
Puis on entend la fille :
-You'd give your eyes for me? How sweet! *bruit étrange* Oh wow! Even with spoons under them, you don't so much as move? I think I'm in love! Waaait... *elle prend son poul et découvre qu'il est mort* Damn, not again... Oh well... *continue de le baiser*

Et j'me réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Turel
Super Sayanoob
Super Sayanoob
avatar

Nombre de messages : 2662
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Les rêves de Turel   Dim 26 Avr à 0:55

J'ai failli oublier celui de cette nuit!

Citation :
Je suis dans ma cours arrière avec un ami d'enfance, que je n'ai plus revu depuis au moins 6 ans, et il me dit de lever la tête. Je regarde, et un magnifique harfang des neiges passe au dessus de nous, suivi par deux autres. On réalise qu'ils poursuivent trois lapin au sol et on les suit pour voir s'ils vont avoir leur proies.

Les lapins tentend de s'échapper en passant sous la cloture, mais un loup noir à tête blanche surgie par celle-ci pour leur bloquer la route, ce qui fait dévier les lapins vers moi (mon ami a disparu). Je décide alors que je veux un harfang et j'en choppe un alors qu'il plonge vers un des lapins. Il se débat, et les deux autres se jettent sur mon ami qui a soudainement réapparu. Il semble avoir l'avantage, quand le loup décide de se jetter sur lui aussi. Je fonce vers la maison en lui disant de les retenir pendant que je trouve une cage pour celui-là.

Arrivé à la maison, je gueule "Une cage! une cage!", le harfang bien en évidence dans mes mains, et ma mère me regarde en me demandant stupidement "Pourquoi?". Je vois alors une cage à ma droite (il y a eu une cage à cet endroit chez moi pendant longtemps, quand on avait des inséparables) et je balance l'oiseau à l'intérieur.

Je retourne dehors, mon ami a disparu, ainsi que les deux autres harfangs, et je me retrouve face au loup. Le poil de sa tête chute alors et il me révèle qu'il est un harfang des neiges transformé en loup.

Avance de quelques minutes, les toris harfangs et le loup sont maintenant dans ma maison et discute avec ma famille. Mon ami reviens avec trois boites et me dit de les ouvrir. Je découvre alors qu'il a choppé les lapins et les a mis en boite. (Je me rappelle clairement des peluches dans ces boites, mais c'était les lapins.) On décide donc de garder toutes ces petites bêtes chez moi, et j'me réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Turel
Super Sayanoob
Super Sayanoob
avatar

Nombre de messages : 2662
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Les rêves de Turel   Sam 4 Juil à 23:15

Je crois que j'ai beaucoup trop joué à Prototype moi.

Citation :
Je suis au boulot, et je m'aperçoit soudain que la plupart des clients en file aux caisses sont infectés par le Blacklight Virus. J'me transforme donc dans mon armure, je saute dans la masse et je balance mon Tendril Barrage Devastator, m'assurant d'être assez loin des ciassier(ère)s pour ne pas tuer d'innocent innutilement.
Évidemment, ceux-ci voient un malade tuer tout les clients, alors ils sonnent l'alerte. J'saute donc sur le haut des rayonnages et je reprend ma forme normale, évitant ainsi que la patrouille d'hélico puisse me reconnaitre, je redescends et j'évacue avec les autres employés.
Une fois dehors, je me mêle à eux mine de rien, jouant le mec traumatisé par cette soudaine attaque. On se retrouve un petit groupe (environ une dizaine) à côté du supermarché, dans un parc qui n'existe pas, et on est attaqué par des gros trucs (j'me rappelle plus trop c'que c'était). Je reprend alors ma forme armuré, révélant ainsi aux autres employés que je suis le tueur, et une fois sous cette forme, je prend une autre forme encore plus bizarre (plus ou moins la même chose mais séparé en deux au niveau des hanches, le haut et le bas de mon corps étant relié par une colone vertébrale métalique de deux mètres de long, et un bras robotique) et je m'attaque aux gros trucs pour protéger mes coworkers.
Après un éprouvant combat je passe en mode troisième personne et mon moi apprend aux gens réunis là que je suis un robot ayant pour fonction de détruire le Blacklight Virus. Il leur dit qu'il a pris la forme de la première personne à avoir vue (moi), que je suis en sécurité, endormi quelque part, et que je reprendrai bientot ma place normal maintenant que le Blacklight est éliminé. Il leur dit aussi qu'ils ont été épargné lors de sa première attaque parce qu'en prenant ma forme, il a aussi pris ma personnalité, mes émotions, etc. et qu'ils étaient trop cher à mon coeur (sachat que, IRL, quelques un d'entre eux n'existent pas, et que j'ai dû parler à 3 d'entre eux en huit mois) pour qu'il les tuent avec les infectés.

Oh yeah!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les rêves de Turel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les rêves de Turel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Turel
» Le Topic à Flood! [XXV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La New Breath :: Forum General :: Votre Forum-
Sauter vers: